From the cultural nation to the political nation

From Independence of Québec
Jump to: navigation, search

We must be pitiless with all our essentialist myths. How to "think" the nation? "Nation" has been used with two meanings for two centuries, since the dawn of the democratic era. There is the cultural or linguistic or historic nation ("the French-Canadian nation", for example) and the nation in the political sense. That one is "sovereign", it is the ensemble of those who collectively decide of their faith in a democratic regime.

Now, who decides together must also deliberate together, and there is no collective deliberation possible that is not framed by some fundamental agreement, on principles, on goals, on key values. Of course, these ones evolve, are even the object of partial contestation. But they could not be put into question all at once, otherwise the discussion disintegrates, it no longer organizes around common questions. We are then on the verge of rupture.

A democracy therefore implies a political nation and the political nation needs a common definition, at least on the matters which are generally contested. It needs what we could call a "political identity" which entertains a complex relation, but one that is fundamentally open and welcoming, with the multiple personal identities of its members.

But nations are not always preoccupied with their identity. What forces us to do it in contemporary Quebec is a diversity which makes a common political identity a difficult thing.

There dimensions of our diversity

Let us point out three great dimensions of our identity diversity: 1. there is the difference between the aboriginals, the "first nations", and those who came in the tread of European colonization; 2. there is the difference between the francophone majority and anglophone minority; and 3. there is the diversity of those who came and still come to join us from all parts of the globe.

All that created an extraordinary variety and a richness of personal identities. This multiplicity does not necessarily pose a problem for a political identity. If it causes a difficulty in Quebec, it is because it is located in the tension fields of a complex political identity.

The various minorities, indigenous, anglophone, allophone, like considerable old-stock francophones, are attached to a political identity that is at the same time Canadian and Quebec[er]. Partly an elementary question of prudence for the first (better for minorities to evolve in a complex system, where one can operate on two stages); question of profound allegiance for the seconds; an extremely comprehensible preference for the great ensembles among allophones, whose families are distributed a little everywhere in Americas, while a majority of the francophones of old-stock inherited this complex identity of which they have not yet decided to rid themselves of.

However there is no problem in this complexity by itself, because if it is rather rare to be of two cultural nations, it is perfectly normal to be a part of two sovereign peoples. That is even an obligation in federative and quasi-federative regimes, in fact increasingly widespread nowadays.

The interference of the independentist project


TO BE TRANSLATED

The problem rather comes from the interference between this complexity, on the one hand, and a strong project of independantism among old-stock francophones, on the other hand. Indeed, this project is also expressed in the language of a Québécois political nation, which would be "sovereign". One often finds in the independence discourse the idea that the Quebec nation would only be in a "normal" situation after having created a Sovereign state.

How to be surprised then if the various minorities experience a certain confusion and feel a certain ambiguity in any call which is sent to them to fully belong to the Quebec political nation? To what does one invite them exactly? Which is the political identity to which one proposes them to subscribe?

I speak here about invitation because our problem obviously comes from a reserve among the minorities of the three dimensions of diversity to fully adhere to a trans-ethnic Quebec people. Some can claim that the problem comes from the majority, as its will to include others is not very strong, that it even pushes them away. However one cannot deny that there are feelings of exclusion among the francophone majority, as in any modern society, but these reactions are less and less legitimated and decrease with time. The invitation to belong to the Quebec political nation was indeed sent to the minorities, but the recipients hesitate to answer it.

However the reserve of those minorities comes from the uncertainty, the mistrust even concerning the meaning of the proposal which is made to them. It has two possible meanings.

1 - One can ask you to adhere to a people whose "normal" destiny is to reach independence; the political identity in this case will include independence as a fix element of the framework; or 2 - one proposes you to be a part of a people, without reference to this people's possible constitutional status. That excludes neither independence, neither federalism, but defines the political identity without reference neither to one nor the other.

It seems clear to me, considering the attachment of minorities to the double Canadian and Quebec identity, that the sole base of a trans-ethnic Quebec political nation is in point n° 2. How to define it?

Three elements of the political nation

Il me semble qu'elle doit comporter trois éléments essentiels: i- une éthique politique, essentiellement définie par les droits humains, l'égalité et la démocratie; ii- le français comme langue publique; iii- un certain rapport à notre histoire.

Il est clair que chacun de ces éléments est le site de contestations importantes. Et cela est inévitable. Qui pourrait prétendre avoir défini une fois pour toutes ce que la démocratie et les droits humains exigent pour notre temps? Et l'aurait-on fait que les temps qui changent nous auraient mis devant une nouvelle situation, exigeant d'autres mesures. On devrait dire même qu'une certaine ouverture est essentielle ici, que toute société qui change, et surtout qui se renouvelle en partie par l'immigration, doit s'attendre à des redéfinitions récurrentes de ses références de base.

Contestations importantes, mais non pas globales. On ne saurait maintenir dans la même identité politique un rejet de principe des droits humains ou une proposition d'abandonner le français comme langue publique. Non pas que de telles idées se présentent dans le Québec actuel, mais elles seraient des points de rupture qui rendraient impossible toute identité politique commune.

Mais qu'en est-il du rapport à l'histoire? Pourquoi est-il nécessaire? Parce que chaque société politique est non seulement définie par une certaine éthique - elle est par exemple démocratique -, elle constitue un certain projet historique, une certaine tentative de réaliser cette forme de vie. Ce à quoi on est invité à participer, ce n'est pas à la démocratie dans l'abstrait, mais à ce projet bien défini et concret: la démocratie dans les institutions parlementaires britanniques, mais vécue en français; une démocratie francophone, mais séparée de l'Hexagone par toute l'épaisseur de son histoire ultramontaine et de sa situation américaine. On pourrait citer bien d'autres traits marquants de notre projet, mais il est déjà évident que ce qui lui donne sa réalité concrète, c'est précisément son passé, tout ce qui est survenu pour que sa situation actuelle soit ce qu'elle est. Comme membre d'un peuple, on n'arrive jamais au début du film; le récit des événements est déjà en cours. On doit lui trouver un sens avant de conter sa propre histoire.

To prolong our story

Mais ce sens même sera-t-il contesté? Inévitablement. Nous trouverons différentes façons de prolonger cette histoire. Rien n'est moins évident chez nous, où d'aucuns prétendent que l'aboutissement normal de nos derniers 400 ans d'existence est un état indépendant, alors que d'autres refusent cette solution au nom de l'appartenance à un plus grand ensemble. Mais ce qui nous relie ensemble comme membres d'un même peuple, c'est que nous proposons de continuer cette même histoire, si divergentes que soient nos lectures. Le geste fatal serait de dire: puisque tout cela nous divise, oublions le passé et concentrons-nous sur les problèmes de l'heure. C'est un recours séduisant dans le monde libéral moderne, où la jeunesse prend le pas sur l'âge et l'avenir sur le passé.

Mais dès qu'on adopte cette ligne, on dissout les bases de notre identité politique, c'est-à-dire de notre existence comme peuple. Car les problèmes de l'heure sont les problèmes de quelqu'un. De qui parle-t-on quand on dit: «nos problèmes»? La réponse à cette question, comme à toute question identitaire, fait nécessairement référence au passé, celui d'une longue existence commune, celle des francophones de souche, marquée au départ d'une rencontre essentielle, celle des autochtones, et profondément modifiée par la suite par d'autres alliages, anglophones et allophones.

Notre identité politique a donc trois piliers essentiels. Chacun comporte une référence essentielle au passé. Mais ils peuvent et doivent être taillés de nouveau, recevoir de nouvelles formes aux mains des générations succédantes, à commencer par celle qui vit maintenant. Le primordialisme est un danger qui guette toutes les sociétés, de nos jours, en face du changement et de la diversité galopants, et pas seulement les sociétés qu'on qualifie de «fondamentalistes». Même les sociétés libérales sont tentées de se cramponner à certaines formes traditionnelles, prétendument «fondatrices».

Prenons un exemple actuel. Une certain séparation entre l'Église et l'État est incontournable dans une démocratie diversifiée. Mais cela ne justifie nullement une certaine rigidité autour des formes traditionnelles et quasi sanctifiées qu'a prises cette séparation dans une société donnée, comme le «wall of separation» américain ou la «laïcité» française.

Cette entente de base sur la reformulation de l'essentiel est probablement nécessaire à toute société démocratique contemporaine, mais elle est d'autant plus incontournable pour des sociétés qui se renouvellent par l'immigration. C'est leur façon de dire aux nouveaux venus que tout n'est pas figé dans le concret, qu'ils auront leur mot à dire dans la redéfinition de leur nouveau pays. (D'ailleurs, la catégorie de sociétés vivant de l'immigration s'élargit bien au delà de celles traditionnellement reçues comme telles. Songeons à la nouvelle loi de citoyenneté allemande.)

Bref, l'identité politique, à l'instar de son homologue personnelle, devrait être admise comme réalité en instance constante de reformulation, saisissable seulement dans son cadre narratif, selon la suggestion féconde de Jocelyn Maclure («Authenticités québécoises», dans Globe, vol. 1, n° 1).

Desacrilizing Bill 101

J'ai parlé de cette reformulation à propos du premier pilier, mais la même chose vaut pour ii (la langue) et iii (le rapport à l'histoire).

Pour construire notre identité politique commune, il faudrait que la défense de la langue ne soit plus identifiée, comme elle l'est encore par certains ultranationalistes, à un texte de loi sacré. Il s'agit moins de compter le nombre d'amendements qu'a subis le texte originel de la loi 101, pour déterminer combien sa chair vivante a été «charcutée», que de trouver l'équilibre nécessaire, toujours à modifier, entre une langue publique dominante et les autres langues inséparables d'une société polyglotte ouverte à un monde où une lingua franca circule qui n'est pas notre langue commune. Au lieu de chercher une sécurité illusoire dans la belle totalité d'une législation définitive, nous ferions mieux d'admettre que notre situation nous posera une série de dilemmes sans fin, que nous devrions affronter avec la plus grande créativité.

Quant à notre rapport à l'histoire, c'est finalement ce qui nous divise le plus. Et à plus d'un titre. Qu'en est-il de notre histoire catholique et ultramontaine, grande refoulée de la Révolution tranquille, qui revient nous troubler après des décennies de latence dans le grand débat scolaire? Et puis, il y a le discours d'un certain indépendantisme essentialiste, qui présente la souveraineté comme la seule issue sensée et fidèle à nos 400 ans d'histoire. Mais notre avenir est à certains égards beaucoup plus ouvert que nous avons coutume de l'imaginer. Et qui plus est, pour créer une identité politique québécoise à travers notre diversité, il faut établir une conscience commune de la large gamme de choix qui est devant nous, sans délégitimation sélective préalable.

Il faut donc être impitoyable pour tous nos mythes essentialistes, qu'ils nous offrent une destination préétablie de notre histoire ou un modèle socioéconomique que nous ne saurions mettre en cause.

Y parviendrons-nous?

Who is Charles Taylor?

Professor at McGill University since 1961, Charles Taylor is currently regarded as one of the world celebrities in moral and political philosophy. Doctor from Oxford University, he was Chichele Professor and member of the All Souls College of the prestigious British institution during several years. He also taught in several other universities, of which the Université de Montréal, Princeton, Berkeley and the Institute für die Wissenschaften Vom Menschen of Vienna. Mr. Taylor published more than ten works. Let us mention inter alia Hegel, which remains a reference on the great German philosopher, Rapprocher les solitudes, Écrits sur le fédéralisme et le nationalisme au Canada, Multiculturalisme ­ Différence et démocratie, Grandeur et misère de la modernity, and his major work, Les Sources du moi, which traces a portrait of the genesis and development of the creation of the modern identity. Member of the Royal Society of Canada and fellow of the British Academy, Mr. Taylor received many awards, of which the Molson award of the Council of Arts of Canada and the Léon-Gérin award, which was decreed to him by the government of Quebec for his exceptional contribution to the intellectual and social life of Quebec. He was a vice-president of the New Democratic Party from 1966 to 1971 and member of the Conseil de la langue française from 1991 to 1996.

See also