Changes

Jump to navigation Jump to search
no edit summary
This is an unofficial translation of a speech delivered on May 14 2001 by Bernard Landry at the occasion of a luncheon meeting with the Jewish community at the [[Gelber Conference Centre]]. Read the original [http://www.premier-ministre.gouv.qc.ca/salle-de-presse/discours/2001/mai/2001-05-14.shtm here].
----
Seul le texte prononcé fait foi.
Mister the [[Mayor of Montréal]],Mister the [[Consul General of Israël]],Mister the [[Secretary of State for Immigration and Integration]],Mister the President of the [[Canada-Israël committee]], Québec region,Madam the President of the [[CJA Federation]],
Mister Stanley Plotnick, former president of the CJA Federation,
Mister Steven Cummings, next president of the CJA Federation,
Mister President of the [[Sephardic Community of Québec]],Mister President of the [[B’nai Brith]]'s International Relations,
Monsieur [[Joseph Gabay]], new president of the [[Canadian Jewish Congress]], Québec section, allow me to underline and salute your election. J’ose croire que vos connaissances encyclopédiques sur le plan biblique seront un gage de sagesse et de succès dans la conduite des affaires de la communautédare to believe that your encyclopedic knowledge at the biblical level will be a pledge of wisdom and success in the management of your community's business. Félicitations et Congratulations and ''Mazal Tov''. On m’indique également que la présidence de la Fédération I am also told that the presidency of CJA devrait revenir dans environ deux ans à un autre sépharadeFederation should return in approximately two years to another Sephardi, [[Sylvain Abitbol]]. Au train où vont les chosesAs this speed which things progress, je crains queI fear that, d’ici quelques annéesin a few years, le seul poste disponible pour les ashkénazes soit la présidence de la communauté sépharadethe only position left to the Ashkenazim will be the presidency of the Sephardi community.
Le grand rabbin du Québec arrive au paradisThe great rabbi of Quebec arrives in paradise. Il est accueilli par des anges qui le conduisent à sa nouvelle demeureHe is welcomed by angels who lead him to his new residence, un bel appartementa beautiful apartment, deux chambres à couchertwo bedrooms, cuisine rénovée parfaitement ensoleilléeperfect sunlight and a renovated kitchen. Par la fenêtreBy the window, il aperçoit en face un petit palaishe sees across the street a little palace, vingt chambrestwenty rooms, dix salles de bain et neuf salonsten bathrooms and nine living rooms. Le rabbin demandeThe rabbi asks: « Quel sage habite cette superbe résidence"Which wise man lives in this superb residence? » L’ange de répondre". The angel answers: « Cette demeure est libre"This residence is unoccupied. Elle est réservée à It is reserved for Bernard Landry, premier ministre du QuébecPremier of Quebec. » Le rabbin entre dans une " The rabbi enters in a terrible colère. « Comment moianger "How is it that me, rabbinrabbi, j’ai consacré mon who devoted all my existence à parler de to speak of the Torah, un petit quatre et demigets a small four and half, et luiand him, ce mécréantthis non-believer, une si belle résidencegets such a beautiful residence? Je veux parler au Bon Dieu »I want to speak to God. Le rabbin exprime ses doléances au Bon Dieu" The rabbi expresses his complaints to God, fait part de sa shares his surprise et demande une explicationand asks for an explanation. Et le Bon Dieu de lui répondreAnd Almighty God answer him: « Toi"You, rabbinrabbi, quand tu parlais de when you spoke about the Torah à la in the synagogue, tout le monde dormaiteveryone slept. Mais luiBut him, Bernard Landry, quand il va dans les when he goes to synagogues pour parler de souverainetéto speak of sovereignty, tout le monde se met à priereveryone starts praying! »"
Il y a 53 ans, jour pour jour, le 14 mai 1948, David Ben Gourion proclamait la création de l’État d’Israël. Le peuple juif, si riche en histoire et si pauvre en géographie, renaissait ainsi de ses cendres et s’élevait à la dignité de peuple libre. Le rêve d’un État juif souverain devenait enfin réalité. Comment a-t-on pu nier ce droit à un peuple qui, bien que dispersé aux quatre coins du monde, a partout contribué aux conquêtes de l’esprit, à l’avancement de son pays. Léon Trotski, Albert Einstein, Rosa Luxemburg, Sigmund Freud, Claude Lévi-Strauss, Léon Blum, Pierre Mendès France, et j’en passe; les Juifs ont consolidé trop de destins nationaux pour ne pas mériter la reconnaissance de leurs droits ancestraux. Cet État, les Juifs le doivent à leur courage et leur persévérance. Fidèles au message des pères fondateurs, les Israéliens ont bâti une démocratie exemplaire, poussant l’audace d’accepter au sein de la Knesset, le Parlement israélien, des formations politiques ouvertement antisionistes. Pourtant, en 53 ans d’existence, ce peuple, qui a toujours vécu en état d’urgence, a su préserver l’essentiel, la démocratie.
wikieditor
10,502

edits

Navigation menu