Parliamentary Speech of 1848

From Independence of Québec
Jump to: navigation, search


Parliamentary Speech of 1848
Before March 23, 1848*

Translated by Mathieu Gauthier-Pilote from:

Discours parlementaire de 1848




In this speech, reproduced in the newspaper "L'Avenir" on April 8, 1848, Louis-Joseph Papineau addresses the members of the Legislative House of the new Parliament of Canada created after the forced union of 1840. A liberal cabinet and government had just been formed and was about to end the session. Papineau thought the House should remain in session to address some important and urgent questions such as parliamentary and electoral reforms and the possibility of free trade with the United States.



Parliament of United Canada located in the Marché Sainte-Anne in Montréal. It was burned down criminally in 1849.
It would be a singular mistake on the nature of the discussion which must emerge from primary and amendment motions submitted to our consideration, to limit it to re-sifted and repeated declarations that we do not want to overthrow today the ministry that we installed yesterday. That goes without saying, that is understood without any sentence. But this by no means implies that the plenitude of attributions of this House be devolved on the ministries and that it no longer has anything to do but to silently record if it disaproves and applaud loudly if it approves the determinations, whatever they are. As long as it remains in session, each proposal spontaneously offered by one of the representatives, on either side of the House he belongs to, must have its solution, given either in the presence of the ministers, according to the thoughtful consideration of its merit, its results as likely to promote or to delay the public good. It is because the ministers informed us that they will put an end to the session that they impose us the duty to publicly say here in the House, to the country and to them, today as representatives, and not tomorrow as ordinary citizens in private conversations, what we think of the current state of the province; it is deplorable to say that what is best to delay the progress of evil: is to remain in session.

We have on the table two propositions, one for the granting of the sums requested to discharge claimable debts, incurred by and long due to the contractors who gave their work, materials, wages to a multitude of day labourers; to the schoolmasters who gave to the children of the country the bread of intelligence and who cannot give their children material bread, because the orders signed to have them payed lag in some offices without being honoured and discharged; for the granting of an inevitable loan if one wants to provide for essential daily expenditures: this one must be voted, and the other, a proposition for an amendment which deserves to be discussed, which contains a suggestion judicious and important, but which would make the first disappear and, for this reason, must be rejected or withdrawn, as it will undoubtedly be at the end of the debates.

I concur to the majority of the opinions expressed by the honourable member for Norfolk. I think as he does that the cabinet is too numerous, a comparatively small evil; that the House is too small, constituted upon a principle of injustice, with an aim of iniquity; immense evil, for which, without wasting any time, we must endeavour to remedy, otherwise the alleged responsible government will only be a lure, and its operation will hardly be better in the purest hands than in the most corrupting hands. As for the ministerial personnel, it offers a combination of talents and principles as good as the composition of the House. It would not be by changing some of its members against some others that it would be improved, it would be by decreasing their number, so that the responsibility of the cabinet be more direct, more personal, so that the civil servants who, according to the nature of their employment, should not be politicians governing in secret deliberation in the council, but active administrators acting under the eyes of the public, be easily accountable for what they will have done publicly.

The principal objection to a ministry disproportionately numerous results from the exiguity of the number of representatives and the exaggeration of public expenditure. With time, those who are granted an office and those who would like to be granted one would come to form such a strong proportion of men personally interested in making it so that the decisions they would have taken in secrecy, among men brought together by a community of opinions and interests, prevail, that consequently the remainder of the House would not have on them the free and wholesome control that it must keep on all the authorities. That the House at every moment feels its dependence on public opinion, enlightened by the freest discussion possible; and that the men in power at every moment feel their dependence of a representative body very independent of them: here is the responsible government in its essence, not such as it was done until now for the Canadas. This House is the grand council of the people after the sovereign, and must give the impulse to, not receive it from those who advise the sovereign in the interval between sessions, this House is positioned too high for it to ever be brought down to the subordinate role of a body of partisans. To decrease the expenditure and to greatly increase the representation in proportion to the populations will make it possible to believe in responsible government; will give to sincere reformists the power to carry out effective reforms which they will not have otherwise. The possession of too great a power and patronage would end up corrupting those who accepted this government, as were false and corrupted those who gave it.

The current system has been granted by men whose whole political life has been a permanent conspiracy against the principles of responsible government. They have enjoyed and practised mystery, deceit, monopoly of power for and by the minorities.

Charles Poulett Thomson, baron Sydenham, first governor of United Canada
The plan of Lord Sydenham has been to call all the heads of departments into cabinet, and to turn all other civil servants into servile slaves, complacent flatterers; to put the country in two enemy camps which, in their impassioned fight to seize power, would forget the interests of 999 citizens out of a thousand, of those who do not aspire to an office, but who pay for the expenses. The system such as he conceived and formulated it was, with more confidence than his author deserved, welcomed by all parties. The Parliaments which followed his, as the one which he had formed by the introduction of so many men either unknown or unpopular, who could only be proclaimed by preventing voters from approaching the hustings; who had rendered justice to themselves and the country, by never presenting their candidature to any subsequent election, as they had never presented them to any former election, enslaved themselves by following the unconstitutional path which he had traced. The ministers governed too much, the House recorded too much.

In England, the number of measures considered ministerial is wisely restricted and circumscribed to a small number of the most important proposals. There is an agreement between the parties, that the thorough discussion, the most energetic one will only roll on a small number of measures which have a great interest in the time being so that, from the point of view under which they are considered, attacked and defended, public opinion clears up, progresses, and decides by the majority of the votes in the House of the fall or the conservation of ministries. The greatest proportion of much of the bills, proposed during each session, is introduced by members who are independent from any direct ministerial connection. Not that the ministerial influence, which is that of the majority, is nullified, but it is not personal; but they keep for themselves, and leave to others the freedom to vote on the greatest part of the questions which are discussed during each session, each member according to their individual opinion. The majority of parliamentary work is conducted and decided in special committees. Whether they are chosen by the Speaker or the House, a scrupulous attention to distribute, in the same proportions which the parties have in the House, the members of all these parties, give them the conviction that they are treated with justice, and that the decision of the House would be the same one as that of the committee. The general rule is thus not to appeal its decision. If it were not that way, it would be above the forces of any ministry, to take care of the obligation to read, in England, the number of laws that are sanctioned each year; and here, to take the responsability to answer to the kindness of all measures of legislation which are each year necessary, to regulate the various and complicated interests of our society, however small that it still is, comparatively to those which constitute great independent States.

I do not understand why one wants to consider a vote of non-confidence the conscientious and free vote that a colleague will give against a decision of the ministers, when he thinks that decision is an error. By prematurely putting an end to the session, I fear that they will harm themselves, I am thus surprised; but I fear moreover than they harm the public interests, and therefore I am deeply afflicted by it. One can without a shade contradictions ask for the prolongation of the session, all the while repeating a vote of confidence if it were useful to do so. It is because the House will no longer be able to advise them in a few days that there is a need to do it now. There is a crowd of measures already started which can be improved and be finished with happy results for the country, without ministerial responsibility being involved.

Before entering in the detail of what these measurements are, I must repeat today, tomorrow, until the need for repeating it is ended, that the first step toward a wise, practical and popular legislation, is the parliamentary reform. To not be ready as of this session to have a proper census conducted, is to be ready, as best, only after the coming session, is of four years to lose two of them; it is to blind oneself on the nature of the obstacles, on the extent of the loathings that there will be to concede this first act of justice in the Legislative Council, in the Colonial Office, everywhere was consented and decreed the political inferiority of one race with respect to the other, of a section of the province with respect to the other. And yet, for as a long as this political equality between all citizens will not be established, the legislation will continue to be as partial, ineffective, unpleasant, unperformed in Lower Canada, as it has been since the ordinances of the Special Council and the Act of Union. It would have been an act of high wisdom, a solemn protest against the transitory existence of this irrational, irresponsible power to repeal, by a single act of full justice, all the ordinances filled with injustice that this council of mute men has ratified. Do they have any good in them? It is to a regular, constitutional government to restore it. This expression of hatred against arbitrary power would have been an expression of affection for responsible government, firm, active and well understood.

Since the Union, all the ministries in turn adopted the erroneous practise of requiring that any and all of their members be chained to support the whole and the details of each bill produced by any one of them, though they may have conscientiously differed on some of its details; to make, of minor questions or simple jurisprudence, ministerial political questions, to want that all bills however important be prepared and presented by them. Whether the ministry be in great or small number, it is taking care of more work than it can handle. When it is numerous, it is to constitute itself too strongly. The influence of twelve members chained to publicly express only the same feeling, if in a secret deliberation it was that of only seven of them, becomes a danger to the free discussion, the full independence, the effective control that the assembly must keep on them.

There is a crowd of measures which can be continued without any disadvantage to the ministry and for the advantage of the country.

Such are the private bills requested in great number by parties which are prepared to invest their capital in improvements useful to themselves and to the public. All the work which is preparatory for these acts of general or local legislation, such as the enquiries which are conducted in special committees, and which would lead to the introduction of bills, some this year, others in one or two years, if the already started enquiries were not finished in a first session, but were retaken and continued in a second and a third, should not be stopped in the most urgent need. Supposing that the whole ministry could not have retaken its seats in a few days, a proportion sufficient to share the work of the House can so in little time. Be they present, they are too recently installed for them to offer you any important measure of reform, of legislation; of reduction of useless spendings which have increased so badly year by year since the Act of Union. Eh well! be it so; during three long years of formidable opposition, where they had the real majority against the fictitious majority, they would have each day stated to have a better right to the exercise of power than their adversaries, each day they would have hoped to replace them, and never be ready to do better than them in the first session which would follow their success. Since they claim not to be ready to propose any important law this year, not even on the subjects which they discussed during three years, the House will not request any; but there is not in that a sufficient reason to prorogate. The House must remain for some time in session to be consulted on questions which, if they can be solved in accordance with the wishes and the interests of the people, will in one day more rapidly tend to enrich them, to rapidly develop the resources of the country, than would several years of our legislation. The questions are those which can at any moment give us the reciprocity of an easy trade with the United States of America; the advantage of a direct trade with all the nations of the world; the free navigation of the St. Lawrence and of our interior seas; the flags of all the friendly peoples floating on our waters, the consulates of all the friendly peoples established in our cities. These are the vital questions which are being
Robert J. Walker, United States Secretary of the Treasury from 1845 to 1849
deliberated upon in the American Congress and in the English Parliament. In a matter of days England could request our opinion, the Congress expecting the expression of our wishes; it is thus a happy event that the House is in session, so that the administration be able to receive its opinion if it became useful to have it, to not collect it, if it did not see the utility to offer it. The majority gave its confidence to the ministers, it is the least to expect that there be reciprocity; However enlightened and well disposed they may be, there are more lights in the House and more authority in its vote, with or without them, than there are in a fraction of the House. There is no need to doubt that at the sight of such great results, so immediate, so suitable to raise the value of the properties of each one in all the extent of two Canadas, but more particularly in Upper Canada, as would provide the reciprocity of trade with the United States, many enlightened individuals, in this assembly and outside this assembly, will have written to their friends in the two Houses of the Congress to request that they support the enlightened design of their Secretary of the Treasury, who entered with such ardour, genius, and success in the path of free trade, and who wishes its extension particularly with this province.

It is for them a peaceful conquest our ports, for us of those of Boston and New York. These individuals cannot, must not speak in the name of the country; the ministry prohibits itself and prohibits us the faculty to speak in the name of the country, if according to the action which will be taken within a few days in the Congress, the opinions of the correspondents were that the resolutions of the House could influence some individuals, when it could be enough of this small influence to give preponderance to the healthiest opinion, as are all those which are favourable to the greatest degree of political or commercial freedom, that one can obtain without too much sacrifice and resistance. The administration could in this case receive a support useful to its objectives, in conformity with its wishes and those of the country. Should we deprive ourselves from it by the consideration of the expenses which the meeting of the Houses will involve, or by those of the money requests that the special committees will make for their local and favourite measures? This cannot inspire any more fear, because, whatever the thirst and the hunger of those who ask, there remains nothing to quench their thirst or to satiate them. Peremptory answer to whatever covetousness there is. Moreover, according to one of the faulty provisions of the very vicious act of Union, the ministers know well that, on the granting of public monies, the House does not have an initiative; that their granting can only start after their deliberation and their approval. That it is their duty to wait until all the requests, which could be formulated in a session, be submitted to their examination, before they can pronounce themselves, with full knowledge of the facts, on the right motives of preference and priority which some will have on others, in times happier than this one, which too much resembles the day before bankruptcy, when it is necessary to borrow to live from day to day, when the credit is at bay and seems to exhale its last sigh. Undoubtedly the last cabinet installed by Lord Sydenham, in which in the majority of its members was formed in the same spirit and of same materials than was his own, was to be more in favour and in good credit with the Colonial Office, than our friends currently are, than the liberals are now, but who over there, according to the recommendations that came from here from time to time, are, most erroneously, I acknowledge it, noted radical. One of the most respectable members of this cabinet, patronized and well regarded in Downing Street, man of distinguished talents under many respects and particularly as regards to finances, unrolled the tableau of the pressing needs for loan of the country and the cabinet, if they wanted to keep them afloat. They let them run aground.

It succeeded only partly and could only partly face its engagements. For the 100,000 L promised to fire victims of Quebec City, one could only give them the credit of the province; one could give it for only half of what had been promised to them, and this half of credit, instead of the totality of the real amount, when one wants to bring its realization, loses ten and twelve percent; and it is in these circumstances that, to provide for the recurring expenses, a country for seven years subjected to the misdeeds of the Union and responsible government, such as it has been operated, live today on loans, without knowing too much how it will live tomorrow.

It is especially for that reason that it is necessary, some say, that the ministers prorogue. In what and how can inaction and retirement remedy the difficulties, and not increase them? It is in matter of credit and finance, loans, revenues, and expenses which the ministers have a need for in the opinion and the action of the representatives, that they they must wish for the representative responsibility to come to their assistance and dominate the ministerial responsibility.

The free navigation of the St. Lawrence is another measure which is under discussion in England. Be it granted, and forever each minot of grains collected in the province will be worth a half-shilling over what it would be worth if refused. The House requested it unanimously as well as the official use of the French language in cases where is prohibited. No answer.

If the first of these measures is granted, each land in the countrysides and each house in the cities will have increased in value.

The ministers wish it, the country wants it, the assembly is ready to repeat the formal request of it. Why then wouldn't the cabinet give to its representatives the weight and the authority of resolutions adopted in the two Houses? Does it have anything to do, anything to say on these subjects, because the assembly had its desires known on this last year!

But those in England who fight against old prejudices, old monopolies, are happy to receive the assistance and support from wherever it may come from, are especially happy to received it from peoples and constitutional bodies which have a particular interest in the solution of this question, which have common interests and common opinions with them.

The question still being discussed this year, who knows if the next malle will not express the desire of the government to know the opinion of the country.

The ministry with an imposing majority, so well disposed in its favour, does not have anything to fear from the duration of a short session while the country could suffer from a prorogation, when subjects of vital importance to its fast growth, or its comparative growth with respect to our neighbours, are under discussion.

One can clearly see how quickly the trade of Upper Canada increased with New York, since the system of deposit, duty and transit has been adopted by the United States.

They wish to extend this system and to give the same facilities to the export of our products; this new advantage is incomparatively greater than the first. But they ask the reciprocity for the rare occasions where our market would be better than theirs. That cannot harm producer at all because he should never lose sight of the fact but in the new countries, where the nine tenth of the population are engaged in the culture of the land, where this country produces more than it can consume, it is the needs of overabundantly populated countries, that cannot provide to their essential consumption, it is the overseas markets which regulate the value of our products. up until now Canada having had but a single market, the businesses have fallen in the hands of a too small number of men, who were not forced by an ardent competition to be as vigilant, active, savers as if it had existed; monopoly prices were established too high for what they sell, too weak for what they buy: the more restricted businesses wanted that they make greater profits to live and support their preliminary expenses.

To trade in New York and Boston, it is to do it with capitalists who provide for the demands of million consumers, of which operations are done on such a large scale, that two percent leave them more benefit than ten and twenty percent would do on imports restricted to the weak business transactions of this country. The access of their ports remaining free each day of the year, they do not have any accumulation on their hands, sterile provisioning during several months until the day of the sale, like our wholesale and retail trade unfortunately had for as long as it was restricted to receive and send the imports and exports during only six the twelve months of the year.

The access maintained all year to the ocean through ports and with the interior through railroads ensures the conversion of capital, their output in one form, their entry in another and the small profits of each one of these repeated operations seven to eight times a year over there, against two or three times here: these are other reasons why they make great profits by small benefits.

Against so many and so great advantages which tend to drive trade out of our banks, to attract on their side, we need the most vigilant, most liberal legislation, the most ceaseless as possible.

A few serious errors on this point would soon have the effect to dry up so to speak the St. Lawrence during the summer, as it is frozen during winter, while an enlightened legislation, today and not tomorrow, will perhaps be able to attract the products of American West to follow the flow of the St. Lawrence which rolls fast and abundant and could carry with economy and celerity towards the sea the large vessels and their rich cargoes, instead of seeing these rich products trailed idly, expensively, split in poor cargoes, in small boats according to the encumbered artificial road that the spirit of political liberty and commercial liberty traced for them in canals of New York.

Of all measures which can best help to procure a more decisive result on our future of prosperity, or poverty, one of the important ones, that which is a necessary complement to give a reasonable significance, and value to the action which was taken in England and here, to begin a system of canals as expensive as was ours, is another channel, connecting, by the most direct communication, the waters of the Lake Champlain to those of the St. Lawrence.

If our canals were open in order to give us a free trade with the various peoples of the world, they can become advantageous and have therefore been a hazardous enterprise, we could say, but reasoned and reasonable; if they were opened in order to park us in a possession isolated from the other nations, enslaved to relations of commercial monopoly and direct trade with the British Empire alone, they were a foolish and ruinous endeavour.

A company, regrouping the strongest names in the Canadian monetary world, offers to come to the assistance of the province which can no longer help itself, and to dig at its own expense this canal, in sight of the profits it foresees keeping the risks for itself, if it calculated badly; restoring the profits to the country if it calculated correctly, allowing the repurchase of its property during twenty years, if public utility wants this repurchase. The legislature should therefore not delay to come to its assistance by granting the act of incorporation it is asking for to be in a position to begin this useful work.

Victoria Bridge, about 1860
The company which asks to build a bridge on the St. Lawrence and several private individuals who conformed to the rules of the House to obtain the acts which will authorize them to build toll bridges, and other improvements useful to them and to all, have the right to hope that once the Parliament is united at such a high cost from all parts of the province, one will allow it to sit during the few days needed to finish what the legislature is ready to give, what the public is ready to receive with gratitude and benefit, without this delay obliging it to take care of matters on which we are not ready to act.

In the state of accelerated progressive movement, in which the whole world rolls precipitated towards this free trade of ideas and effects, of intellectual and material products; when this contagious fever makes twenty million of our neighbours, as though they were but one man, the rallying cry of "Go Ahead", can we not feel that we should seize the occasion on the fly; that in competition with them, the wasted day is lost without return.

Those who are ready, today, to invest their capital in these enterprises which would profit us can find tomorrow their advantage in placing it where they will benefit our rivals.

Because the ministers are not ready to make great things this year, they should do not prevent those who are ready to act and to make great or small things of another kind than those that concern them.

That responsible government is not well understood; or if it is such as one conceives it, that it is not entirely good, was revealed in a manner humiliating for the province, in the presence of the public, who will have to find it too small and the ministry too big , on the occasion of what happened concerning the bankruptcy law. One of our colleagues presented a request signed by several importing traders and almost all retailers of Montreal, complaining that this law was an abundant source of fraud, ruin and demoralization; not asking the complicated work of a new law on this subject, but only the abolition of the current law.

With slight amendments needed so that the liquidations started under the operation of this law be continued, and to keep the debtors from imprisonment for debts, this bill, referred to a committee, would give to trade, in little time, a reform of which it pleads the urgent need.

A good number of the members of the two sections of the province are eager to right the wishes of traders.


TO BE TRANSLATED

L'honorable membre retire son bill contre le désir des pétitionnaires et contre le sien propre, assure-t-il, parce qu'on lui dit que les ministres désirent qu'il le retire.

Dans une chose qui les regarde si peu, et de si loin, peut-être les ministres ne devrait-ils pas avoir des désirs bien vifs, bien autres que ceux des pétitionnaires. Que s'ils insistent, en promettant de donner l'an prochain une bonne loi à ce sujet, ce n'est pas une raison d'en conserver une mauvaise cette année.

Qu'elle tombe, ce n'est qu'un méchant acte du Conseil spécial. Il y avait du commerce avant que ce corps eût étendu sa protection sur le commerce, comme il l'a étendue sur tant d'autres choses: pour corrompre et décevoir.

Les membres seraient découragés de proposer aucune mesure utile, s'il fallait que l'initiative, toujours et partout, fût ainsi laissée au cabinet. Sans doute il vaut mieux que quelques mesures des plus importantes commencent là; c'est une garantie qu'elles seront sanctionnées et que l'on ne se livre pas à un vain labeur. Mais aussi il ne faudrait pas intimer trop durement que le travail, qui commencera ailleurs, sera un vain labeur.

Nous ne voulons pas refuser les subsides demandés, ce serait un vote de non-confiance bien plus direct qu'aucune expression ne le pourrait comporter, bien plus amer que celui qui a justement renversé le dernier ministère.

Si le cabinet met fin à la session, il en prend sur lui la responsabilité. Ce n'est pas l'avis sincère de ceux qui pensent autrement, qui peut ou doit lui nuire beaucoup. C'est d'après ses actes et ses déterminations qu'il doit être jugé. Chacun conserve son honneur sauf, qui, pensant que la prorogation de devait pas avoir lieu, a l'honnêteté de le dire.

Je suis attristé que ce soient ceux en qui j'ai confiance qui me paraissent avoir tort, surpris que ce soient ceux en qui je n'ai pas confiance qui aujourd'hui me paraissent incliner vers l'opinion la plus judicieuse, de préférer à l'inaction faire ce qui peut se bien faire, d'ici à quelques jours.

J'espère qu'au moins neuf fois sur dix j'aurai à appuyer les mesures que proposera le cabinet actuel; je pense que neuf fois sur dix j'aurais à repousser les mesures qu'aurait proposées une administration composée comme l'était la dernière.

Elle avait pris le gouvernement responsable à contresens. Le gouvernement l'avait imposée à la Chambre, quand c'est à celle-ci à donner qui bon lui semble aux gouverneurs.

Dans la majorité de ses membres elle était composée d'hommes qui, toute leur vie, avaient par violence et par l'intrigue repoussé toute idée de responsabilité, affiché le mépris pour l'extension des libertés populaires, pour le gouvernement des majorités.

James Bruce, 8e comte de Elgin et 12e comte de Kincardine, gouverneur du Canada-Uni de 1847 à 1854
Les hommes qui toute leur vie avaient lutté contre ceux-là, et qui s'étaient réunis à eux, sur la foi que le gouverneur voulait et pouvait par son influence en Angleterre faire beaucoup de bien au pays, s'étaient placés dans une fausse position.

C'était, dans d'autres proportions, la même combinaison que celle qui a failli réussir durant le dernier Parlement, d'un ministère tory pour le Haut-Canada, avec un ministère libéral pour le Bas-Canada. L'on disait: cela prouvera jusqu'à l'évidence l'absurdité de l'acte d'Union qui ne peut fonctionner qu'accompagné des contradictions les plus palpables.

J'ai dit à qui m'en a voulu parler, car je ne suis pas plus empressé à donner dans la vie privée mon avis quand il n'est pas demandé, que je ne serai disposé à le dissimuler, quand les devoirs de la vie publique sembleront m'appeler à l'énoncer, que cet arrangement était immoral et devait être repoussé.

Que rien ne pourrait éclairer ceux qui ne voulaient pas voir, ceux qui n'étaient pas convaincus, indépendamment de ce honteux pêle-mêle d'hommes et de principes antagonistes, des absurdités de l'Union, de l'impossibilité qu'elle durât, dès que cesserait la coercition.

J'ai toujours espéré que les libéraux du Haut-Canada, s'ils sont amis d'un gouvernement économique où le peuple tout entier puisse surveiller de près la conduite de ses représentants, s'occuper souvent et avec ardeur des intérêts communs, sur lesquels il eut et doit influer, non pas seulement au jour de l'élection, mais en toute occasion, par l'expression forte, libre et fréquente de ses sentiments, sur les questions politiques débattues en dedans et en dehors du Parlement, pourraient, après avoir réformé la représentation pour l'asseoir sur sa base rationnelle, solide, inaltérable, d'après les règles de la justice, du respect et de l'affection que chaque homme doit avoir pour tous les hommes ses frères, qui ne s'en sont pas rendus indignes, après s'être exposés aux vexations que leur a si longtemps fait éprouver une injuste minorité, pourraient, dis-je, entendre avec calme les fortes raisons qu'il y a, dans l'intérêt bien entendu des deux sections de la province, de leur restituer un gouvernement séparé, qui connaît mieux et mieux procurerait les lois et les mesures les plus conformes à leurs convictions, à leurs voeux et à leurs intérêts permanents.

Toute législation forcée ne saurait avoir de durée. C'est dans l'urne électorale, on dans la promulgation des statuts, militant contre l'instinct des masses, que finalement sera décidée la vie ou la mort des idées qu'elles ont professées. Cette question de l'Union, je n'en abandonnerai pas la considération, je l'ajourne jusqu'après la réforme électorale, si celle-ci est franche et n'est pas trop retardée. Je l'ajourne, et pourtant cette Union est odieuse à mes compatriotes.

Je sais que le pays entier ne la souffre qu'avec indignation, qu'il sent le mal infini qu'elle lui a fait, et calcule le mal plus grand qu'elle lui fera; qu'il sait qu'elle lui a été imposée par les hommes de la même école dans le même but, par les mêmes moyens criminels, qui font d'une autre union la honte de l'Angleterre et le fléau maudit de l'Irlande.

Quand elle a été promulguée, les districts de Québec et des Trois-Rivières ont su leur devoir et ont protesté contre l'iniquité. D'une extrémité à l'autre du pays notre vertueux clergé, habituellement réservé à l'extrême à s'immiscer en nos questions politiques, afin de se dévouer tout entier à l'exercice de son pieux ministère, afin, à l'abri de sa judicieuse neutralité, de demeurer hommes de paix et de réconciliation, qui peuvent rappeler à des sentiments de modération ceux que la fureur de l'esprit de parti pousserait à s'entre-haïr, à s'entre-nuire follement, n'ont pu voir le coup mortel fulminé contre tout un peuple, leurs ouailles chéries, sans unir leur cri de douleur à son cri de détresse; et eux tous ont vertueusement protesté contre l'iniquité. Mais les angoisses de l'agonie du Bas-Canada n'auraient-elles trouvé que de tièdes sympathies, et ses plaintes nul écho dans le district de Montréal, ni dans le Parlement de lord Sydenham? Par la force armée, par de brutales violences, il commanda dans le district le mutisme de la terreur.

Par une corruption effrénée, des déceptions infinies, un mépris cynique et affiché pour les lois, il démoralisa le pays, entacha toutes les élections, où il prit part, de souillures inconnues avant lui, et se donna une majorité vénale ou passionnée, sans écho pour les plaintes du pays, dont elle n'était pas une émanation.

Il nous a fait comprendre combien était profonde la gangrène de la corruption, qui ronge et salit l'Angleterre, car c'est de là qu'il avait importé l'adepte qui nous a initiés à la connaissance, que nous ne soupçonnions pas avant de l'avoir vu opérer, que, sans aucun titre à la confiance des électeurs, ou pouvait leur escamoter le faux-semblant de leur mandat, et les représenter malgré eux. C'est cet homme et quelques autres moralistes de la même école, qui nous ont donné le gouvernement responsable, des exemples de conduite politiques détestables, et quelques leçons utiles, comme celle-ci:

« Les habitants du Haut-Canada appellent à hauts cris le gouvernement responsable; les bonnes gens, bien assurément, ne savent pas ce que c'est, ce qu'ils veulent: n'importe, cela prouve du moins qu'ils sont bien las et excédés du Family Compact. »

Et cette autre bonne leçon, qui devrait nous guérir de cet esprit d'adulation et de courtisanerie coloniale, qui n'endort et ne trompe aucun homme sensé en Angleterre.

En fait de professions de loyauté, personne ne surpassera l'art, l'ardeur et l'infatigable persévérance du Family Compact à trompeter tout ce qu'il en avait, sous toutes les formes et formules imaginables.

Eh bien! qu'a-t-il gagné à tout ce vain étalage de ses friperies?

Comparé avec le parti des mécontents, il fut jugé par cet arrêt équitable:

« Malgré toutes ses professions de loyauté, le Family Compact ne vaut pas mieux que les autres. »

C'était à cause de tels antécédents que le dernier ministère était sans force et sans estime auprès du peuple, en minorité absolue parmi les électeurs, quoiqu'il eût dans la Chambre une faible majorité numérique, constitutionnelle, dans les notions et précédents bretons, avec les bourgs pourris créés d'après la sagesse de leurs ancêtres, au 12e siècle; usurpation dans les principes de la législation du 19e siècle, là où elle a été libre, où elle n'est pas enfargée sous l'accumulation de préceptes empruntés aux âges d'ignorance, où le droit de l'épée fonda des constitutions, que l'action de la presse broie et pulvérise incessamment pour les remouler et les refondre, d'après les besoins nouveaux de sociétés qui ne sont pas demeurées stationnaires pendant sept cents ans.

Il faut bien l'avouer, ce n'est pas avec une grâce parfaite, ni une logique très serrée, que l'opposition a pendant trois ans dénoncé ce ministère, exploitant dans l'intérêt de ses préjugés la majorité du peuple, quand en même temps elle n'a fait aucun effort pour demander un système de représentation vraie.

En apparence, c'était rapetisser les proportions de la politique générale à celles d'une politique personnelle que de ne pas entreprendre plus qu'on ne l'a fait en vue de réformer le système défectueux de représentation qui avait donné à ses adversaires le moyen de couvrir des apparences de la légalité un frauduleux exercice du pouvoir.

Quand on ne veut pas la fin, on ne tolère pas les moyens. On les dénonce, on les attaque en minorité comme en majorité. L'on s'engage ainsi, l'on se lie ainsi à faire prévaloir des principes vrais et salutaires, au jour où l'on sera saisi du pouvoir. Cet arrangement de bourgs et de comtés sas électeurs; cette combinaison européenne inepte en autant qu'appliquée à une société de cultivateurs indépendants, colonisés dans le voisinage des États-Unis, qui jouissent des avantages du suffrage quasi universel et de la représentation proportionnée à la population, était si évidemment bien adaptée pour assurer les résultats que l'on avait sous les yeux, que ceux qui ne s'efforçaient pas de déraciner le mal, avaient l'air de le cultiver comme pour l'exploiter à leur tour. Ils avaient l'air de tolérer le principe, de n'en haïr que la conséquence et l'application contre eux.

John George Lambton, 1er comte de Durham, gouverneur général de l'Amérique du Nord
Lord Durham, dans son rapport, avait remarqué que, dans le Haut-Canada, chaque Parlement avait depuis longtemps donné une majorité différente, tirée alternativement des deux partis qui le divisaient. L'observation a continué à recevoir son application. Deux élections ont eu lieu depuis cette époque. La précédente tory, la présente libérale et réformiste. Ces oscillations régulières de droite à gauche, entre des doctrines antipathiques et contradictoires, prouvent qu'il n'y a guère de foi et de croyances politiques dans le pêle-mêle de ses populations.

Il semble résulter de ces anomalies que le sort des élections aurait ci-devant dépendu de quelques étroites considérations de lucre et de gain, attendu des améliorations à faire dans le voisinage; autrement les hommes de la minorité, avouant effrontément des opinions politiques aussi odieuses dans tout le reste de l'Amérique, que celle d'après lesquelles ils ont si abusivement exercé le pouvoir et dilapidé la fortune publique, n'auraient jamais pu être élus.

Si les élections ne dépendaient ainsi que de l'âpreté à puiser dans le fonds commun pour l'appliquer à des intérêts de localité, il est bien déplorable que le Bas-Canada soit jeté dans une alliance forcée, où il est assuré de trouver que, de deux Parlements, l'un sera le mauvais. Le Parlement hostile le pillerait par droit d'habitude formée et de prescription acquise; par principe pour le punir de son radicalisme passé, présent et futur. Puis l'autre, le bon Parlement ami, lui demanderait à son tour une bien grande part, comme offrant la meilleure chance de conserver les libéraux au pouvoir. Nous avons cette année le bon Parlement, qu'il se hâte d'assurer la pureté des élections, l'égalité de droits entre les citoyens de toute origine, énumérés comme n'ayant qu'une valeur uniforme, sur chaque portion du territoire où ils sont établis; puis après cela tous, tories et libéraux, dépendront des suffrages des majorités et n'auront plus à craindre ni les fraudes électorales ni les résultats des élections.

Ces idées, il est vrai, sentent le voisinage; mais c'est que là dans un âge de lumières, sans être gênés par des antécédents inapplicables à un état de société où il n'y a que des propriétaires indépendants, ils ont trouvé ce qui convenait au système représentatif pour qu'il rendît la pensée et reflétât l'image véritable du peuple, tel que la situation le forme et le fait en Amérique.

L'analogie pourrait-elle échapper à nos observations, pourrions-nous échapper entièrement à son influence, quand malgré toutes les prédilections de rang, de caste, de fortune, d'éducation, de fierté nationale, le saisissant tableau de leur forte vitalité et de leur prospérité, et celui de la langueur de toutes les colonies anglaises, est déroulé avec tant de franchise et de profonde conviction dans les rapports de lord Durham? Nous ne pouvons l'éviter. Nous sommes déjà sous la protection des États-Unis, contre notre folle disposition à nous engager dans des dépenses extravagantes, dans des difficultés inextricables, dans des dettes impayables, si l'esprit qui a dominé depuis l'Union, l'ardeur imprévoyante à emprunter autant que peut s'étendre le crédit sans pourvoir en même temps à des fonds d'amortissement suffisants, continuait à prévaloir. Certes cette témérité serait bien plus fatale dans une colonie que dans un état indépendant, car l'impitoyable créancier est dans le Parlement dominateur.

Plusieurs des États de la confédération ont eu leurs jours de vertige et d'enivrement, dans lesquels rêvant des profits sans bornes, ils s'étaient engagés dans des dépenses excessives, jusqu'à ce que la perte du crédit occasionnât pour quelques-uns le malheur de la suspension; pour une couple d'entre eux, l'infamie de la répudiation.

Cette douloureuse expérience les a rendus sages, et le peuple de l'État de New York qui, en ?contravention?, a si paisiblement refondu et refait sa constitution l'an dernier, a imposé de sages restrictions gêner cette dangereuse propension à l'emprunt, qui l'avait travaillé comme il nous travaille aujourd'hui, en déclarant que nul emprunt ne serait fait, ni par la législature, ni par aucune corporation, à moins qu'il ne fût accompagné de la création d'un fonds d'amortissement, qui assurerait son remboursement sous dix-huit ans, et qu'en outre avant d'être effectué, il serait soumis à l'approbation ou à la désapprobation de tout le peuple, s'il était proposé pour l'état de tous les contribuables, s'il était proposé pour quelque corporation. Avec une telle législation, ses canaux seront bientôt rachetés. Il deviendra le maître de statuer que nous ne retirerons aucun revenu des nôtres; car, pouvant alors rendre les siens libres, il nous forcera à rendre libres les nôtres aussi, quoiqu'ils ne fussent pas rachetés.

Le gouvernement général est entré, avec énergie et succès, dans la voie de l'abaissement des tarifs de douane, en renonçant au système erroné des droits protecteurs de l'industrie nationale. Il a eu, par le bill de la sous-trésorerie, la sagesse de s'assurer une suffisante circulation métallique au lieu du système fautif de ses banques et de leurs excessives issues en papier. Sa récompense est un fait unique dans l'histoire, dans la facilité et le bas prix de ses emprunts à la fin de la guerre: à mesure qu'il devient plus puissant, plus inattaquable, ses ressources augmentent plus rapidement que ses dépenses. Tout lui profite.

La guerre vient de lui donner d'immenses territoires. Qu'ils fussent demeurés mexicains, d'ici à cents ans, ils n'avaient pas plus de valeur que les sables de l'Afrique. Devenus américains, ils acquièrent du jour au lendemain, par l'opinion qui prévaut dans le monde, de la bonté des institutions de ce pays, la même valeur qu'ont les autres terres de l'Union, dans les marchés de l'Europe entière.

Les convulsions et les terreurs qui vont si profondément remuer l'ancien monde vont faire affluer, plus abondants que jamais, les hommes et les capitaux aux États-Unis. Ils vendent plus de terres et peuvent proportionnément diminuer leurs tarifs de douane, et nous interdisent par là la faculté d'élever les nôtres. J'ai donc raison de dire que nous sommes sous leur protection contre notre entraînement insensé à continuer l'agiotage effréné qu'a accrédité lord lord Sydenham, jouant à coup sûr; lui qui ne regardait qu'au triomphe de ses plans pendant son passage éphémère au milieu de nous, parfaitement insouciant quant aux embarras, aux misères et aux scandales qu'il nous léguait.

Grâces leur soient rendues, nul gouvernement, nul homme d'État ne peut prétendre prélever un plus fort revenu des douanes et des canaux que celui qui est maintenant prélevé; et il faut pourvoir à l'amortissement de la dette! L'habileté du financier placé dans le voisinage d'un pays aussi prospère, ne peut plus se prouver par son ardeur à imaginer quelque taxe nouvelle imprévue (la contrebande en ferait bon marché), mais par son ardeur à proposer un nombre infini de réductions de dépenses et de réductions de salaires, auxquelles pas un de ses prédécesseurs n'aurait pensé. Et pour cela encore, les leçons et les exemples nous viendront, bien plus utiles et applicables, du voisinage que d'outre-mer.

Tout en priant l'honorable membre de Gaspé de retirer sa motion d'amendement, je dis comme lui: Oui, il est mieux que les solliciteurs généraux ne soient pas du Conseil exécutif, parce que les devoirs de leurs charges sont assez variés et importants pour les retenir utilement et constamment dans les cours de justice, pour qu'il ne leur reste pas le temps d'assister aux délibérations du conseil. Parce que si, dans l'exercice de leur ministère, ils donnaient de justes sujets de plaintes, par des hauteurs et des partialités condamnables, les individus lésés n'auraient pas la facilité ou du moins n'auraient pas l'espérance d'obtenir justice et réparation, s'ils les voyaient les égaux des autres conseillers et délibérant en secret avec eux sur toutes les matières d'État, d'autant plus souples et portés à flatter les opinions de la majorité qu'ils auraient plus d'intérêt à capter sa faveur, pour adoucir une sévérité méritée.

De même les commissaires des Travaux publics.

La nature des connaissances particulièrement nécessaires aux personnes appelées à cette situation sont plutôt celles de l'ingénieur civil, pour la juste appréciation de la bonté et de la solidité des travaux exécutés, et de la justesse des prix demandés, que celle de l'homme d'État.

Les membres choisis en cette occasion sont des hommes du premier mérite, nous le savons.

Il est possible qu'ils réunissent cette variété de connaissances qui se trouvera bien rarement dans la même personne; qu'ils sont également qualifiés pour la direction politique de l'État et pour la surveillance de travaux mécaniques. C'est une rare et heureuse exception. Mais il n'en est pas moins vrai qu'ils sont dans la nécessité d'être très fréquemment absents pour surveiller et diriger les travaux publics en voie d'exécution dans toutes les parties d'une province de plus de sept cents lieues de longueur, et qu'ils sont responsables d'une multitude de décisions journellement prises dans le cabinet en leur absence, et sur lesquelles ils n'auront pu être consultés.

Ce n'est pas juste, dira-t-on; c'est inévitable, dirai-je. Faut-il, dans les sociétés où un acte ministériel serait blâmé, dire: je m'en lave les mains, je n'y ai pas concouru? Ils ne le peuvent pas. Ils sont enchaînés par la religion du serment à taire le secret des délibérations du corps dont ils font partie. Ils sont pressés, on leur dit: plutôt que de participer à une erreur si grave, qui est sensible ici, qui éclate sous nos yeux, mais qui n'a pas été prévue par un cabinet claquemuré dans la ville, à mille milles d'ici, votre devoir est de résigner. Oh! diront-ils, ce n'est pas chose aisée que de troubler la stabilité d'une combinaison bonne en général, malgré des erreurs de détail. Un résignation ferait supposer des dissentiments profonds sur beaucoup de questions diverses, et personne de nous ne peut expliquer sur quel motif spécial elle serait fondée. Les résolutions prises, quoique défendues par tous, n'ont pas été adoptées à l'unanimité; fera-t-on dire par quelques amis qui, selon les avec qui ils se trouveront, feront de la diplomatie, persuadant à ceux-ci que M. tel approuve la mesure qu'ils approuvent; persuadant à ceux-là que le même personnage blâme et censure la mesure qu'ils censurent et qu'ils blâment?

Ce sont des inconvénients inséparables du système? dira-t-on. À un très faible degré dans une colonie qui comme telle n'a pas d'ennemis extérieurs avec qui le secret d'un État indépendant doit être gardé, de peur de se les attirer sur les bras.

Mais ici on les faits grands et nombreux, parce que sans raison et par une imitation servile de ce qui est porté moins loin, et de ce qui est quelquefois utile ou nécessaire dans les États indépendants, l'on a rendu le gouvernement local mystérieux comme un criminel. Plus un cabinet secret est nombreux, plus il expose à devenir faux et dissimulés ceux qui le composent, ceux qui le défendent; chacun cherchant à affaiblir sa responsabilité individuelle et celle de ses amis, ou se trouvant entraîné à défendre, contre ses convictions et en public, ce que dans la délibération il a consciencieusement repoussé.

Quant aux commissaires des Travaux publics sans cesse voyageant, sans cesse aux prises pour défendre la fortune publique contre l'intérêt privé, ils seront aussi obligés souvent de prendre des résolutions soudaines pour faire droit à de justes réclamations d'entrepreneurs, que des accidents imprévus et qui ne pouvaient être prévus arrêterait d'une manière ruineuse pour les intérêts publics; de leur adjuger des sommes additionnelles, d'ordonner des travaux nouveaux et dispendieux sur leur seule responsabilité, s'ils ne sont pas dans le cabinet; sur la responsabilité de leurs collègues absents, s'ils en font partie.

La compatibilité est-elle aussi facile, complète, indépendante, dans cette combinaison, que s'ils étaient des officiers nommés par le cabinet, et sous le contrôle absolu de son bureau d'audition des comptes? Ils se sont engagés précipitamment et d'urgence, le calme de la réflexion porte leurs collègues, engagés par eux et avec eux, à penser qu'ils auraient pu et dû ne pas assumer cette responsabilité, ceux-ci pourront-ils dire, en pleine liberté et sécurité, à des hommes qui peuvent faire et défaire à leur gré l'administration.

Mais, dira-t-on, la responsabilité est bien plus éparse dans la Chambre dont vous désirez grossir le nombre. Ah! la Chambre délibère en public, elle est sans cesse sous les regards et sous la main du peuple; plus elle est nombreuse, moins elle est exposée à être alléchée par les séductions des profits et de des honneurs que distribue le pouvoir.

Le grand nombre avec la publicité dégagent les représentants de toutes les vues égoïstes et ambitieuses, donnent la force et le courage de se dévouer à ce principe éminemment social et humanitaire, le plus grand bien du plus grand nombre, qui seul peut finir par procurer le plus grand bien possible pour tous.

Le grand nombre est pour nous un élément d'indépendance. Il est pour un cabinet secret, rétribué, et disposant du patronage exagéré de notre gouvernement ruineusement dispendieux, un élément de dépendance de la tourbe plus nombreuse, de la clientèle plus enhardie des solliciteurs, qui ont des relations plus intimes avec un plus grand nombre de protecteurs; est un élément d'instabilité, résultant de son trop de confiance en lui-même, de son indépendance un peu plus altière vis-à-vis du corps représentatif.

Peter McGill, président de la Bank of Montreal
Louis-Michel Viger, président à vie de la Banque du peuple, seigneur de Repentigny
J'admets encore que le président de l'une de nos banques n'aurait pas dû être appelé au ministère. Je sais bien que mon parent et ami est cet homme d'intégrité, dont la délicatesse et la probité sont au-dessus du soupçon, pour quiconque le connaît.

Moi, j'ai la même opinion des présidents de toutes nos banques, quoique j'ignore qui ils sont. Je sens trop fortement que des corps constitués comme le sont ces établissements ont un tel intérêt à ne pas mettre à leur tête que des hommes dont la probité commerciale est au-dessus du soupçon, que je suis très assuré d'avance que tous leurs présidents la possèdent au plus haut degré.

Mais la probité politique n'est pas la même pour tous les citoyens d'une société, divisée comme l'est la nôtre en partis inconciliables dans leurs principes et dans leur but. Le parti libéral veut une parfaite égalité de droits pour toutes les origines, le parti tory a voulu la domination pour une origine.

L'esprit de parti criera que le président d'une banque, trésorier de la province, peut avoir une influence indue à faire verser le trop-plein du trésor dans l'établissement qu'il dirige, plutôt que dans ceux avec qui, d'un moment à l'autre, le sien peut être en lutte.

Il n'y a pas de trop-plein dans le trésor, dira-t-on. Je le sais bien certes, mais cela ne saurait être qu'un accident passager apparemment, avec tout ce que promettent d'heureux avenir l'Union et le gouvernement responsable. D'ailleurs l'esprit de parti est injuste, les hommes d'aujourd'hui le dédaignent, jamais n'influera sur eux; que les politiques de toutes les nuances en soient bien persuadés; dès lors ni cette nomination, ni aucune autre de celles qu'ils feront, ne doivent être un sujet de plainte. À la bonne heure! mais l'autorité de l'exemple? S'il arrivait jamais que des hommes moins consciencieux fussent au pouvoir (ça s'est vu), fissent des nominations qui créeraient des alarmes, des jalousies, des rivalités entre les banques, leurs directeurs, leurs actionnaires, leurs obligés, craignant qu'un ou deux, ou plusieurs membres d'un cabinet ayant des intérêts personnels dans l'une d'elles, ne fissent servir leur gestion commune des fonds publics et du fond social à l'avantage de leur institution favorisée par cet arrangement, les libéraux alors se plaindraient comme ils le faisaient l'an dernier; mais, il faut bien en convenir, avec un peu moins d'autorité, si surtout c'était dans un avenir prochain!

Dans la présente occasion, c'est trop récemment que plusieurs des hommes qui sont au ministère et que la presse, qui est considérée comme l'interprète de leurs pensées, ont hautement blâmé le cumul de la charge de président de la banque de Montréal avec celle de membre du Conseil exécutif, dans une situation qui donnait moins de prise à la censure que la combinaison actuelle, pour qu'elle ne donne pas lieu de dire qu'en place l'on est d'une vertu moins farouche qu'on ne le fut quand on luttait pour y parvenir.

Rien de mieux pour se faire respecter que de ne pas se permettre ce que l'on a blâmé dans autrui; que de ne pas répudier quand on est au pouvoir aucune des thèses que l'on a soutenues, aucun des engagements que l'on a pris lorsque l'on était dans l'opposition.

Notes

* = The speech was given between February the 25th and March the 23rd of 1848, being the first session of the third provincial parliament of the re-united Province of Canada.[1]

L'Avenir du 8 avril, 1848.

PD-icon.png This text is in the public domain worldwide either because its author died at least 100 years ago or because it was published by a public body. Translations published later may still be copyrighted.